Spécialiste de l'emploi dans
l'hôtellerie, la restauration et les loisirs

 


 

 

 

19/01/2017 -

Comment devenir une hôtesse de l’air ou un steward ?

Il est judicieux de préciser que les conditions ne sont pas les mêmes d’une compagnie à une autre. Vous pourriez donc identifier quelques différences, mais la formation reste similaire. Celle dédiée à l’hôtesse de l’air est également similaire pour les stewards, mais les salaires seront spécifiques à certaines entreprises, d’où l’intérêt de postuler auprès de quelques sociétés attractives.


Le diplôme du baccalauréat est le minimum à posséder

Cette branche a tendance à attirer, car elle est souvent synonyme de voyages, mais être hôtesse de l’air peut s’avérer très complexe sur le long terme. Les personnes qui ont des enfants doivent s’absenter plusieurs jours, jongler avec les horaires décalés ainsi que les vols parfois très importants. Il ne faut donc pas avoir la crainte de passer pratiquement 12 heures dans un avion en seulement 48 heures.

Malgré les conditions de travail qui peuvent apparaître comme difficiles, si vous souhaitez postuler, vous devrez avoir en poche un baccalauréat. C’est le minimum requis, mais certaines compagnies peuvent demander l’équivalent de l’ancien DEUG à savoir un bac+2.
L’anglais est une langue primordiale, il sera judicieux de l’écrire, le comprendre et le parler à la perfection puisque le steward et les hôtesses de l’air sont au contact avec les clients. Il est donc impensable d’être muet devant un passager qui tente d’expliquer son point de vue, sa requête…

Parmi les conditions requises, il est nécessaire d’avoir 18 ans, d’être ressortissant de l’Europe et de savoir nager. Enfin, un dernier document est indispensable, il s’agit du CCA (Cabine Crew Attestation) qui vient remplacer le CCS. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est un certificat essentiel pour exercer dans cette branche puisque les compagnies internationales et européennes le demandent lors de l’entretien d’embauche.


Diverses formations à suivre après votre embauche

C’est donc le minimum demandé pour devenir une hôtesse de l’air ou un steward, mais des sociétés apprécient les CV un peu plus étoffés, mais vous serez dans tous les cas amené à suivre une formation dès que vous aurez été embauché par une compagnie. Celle-ci vous invitera à travailler tout en passant l’examen du CCA. Ce dernier est un document d’État qui est transmis par la DGAC et il est impossible d’avoir le statut de candidat libre. Vous êtes contraint d’évoluer aux côtés d’une entreprise pour suivre les épreuves à la fois théoriques et pratiques.

Comme nous l’avons préalablement évoqué, certaines structures apprécient les diplômes, vous aurez donc intérêt à opter pour le certificat de qualification professionnelle personnel navigant commercial. Il n’est absolument pas obligatoire, mais plus vous aurez de formations dans votre poche, plus les compagnies développeront un attrait significatif pour votre profil. Ce document vous donne la possibilité de jouir de compétences supplémentaires qui peuvent faire la différence pour une candidature.


Une promotion interne pour devenir chef de cabine

Les hôtesses de l’air ainsi que les stewards ont la capacité d’évoluer surtout grâce à l’expérience et aux diplômes obtenus. De ce fait, les compagnies présentent aussi des spécificités dans ce secteur, mais vous aurez la possibilité de devenir un chef de cabine, vous devrez gérer une équipe composée d’hôtesses de l’air et de stewards. Pour davantage de responsabilités, il sera judicieux de jeter votre dévolu sur le chef de cabine principal qui accompagne une équipe un peu plus conséquente.

Ces deux professions sont accessibles via votre expérience, il s’agit généralement d’une promotion interne. Il n’y a donc pas spécialement d’examen à obtenir, votre passé au sein de la compagnie aura un impact significatif, d’où l’importance de développer un véritable investissement si vous souhaitez évoluer.
Si vous n’avez plus l’intention de voler, vous aurez l’occasion de rester au sol en intégrant diverses branches liées par exemple à l’accueil du public.