INFO.TPL

Quick News Mai 18

Bonne nouvelle pour le tourisme français :

La croissance de la fréquentation touristique s'est maintenue à un rythme soutenu au premier trimestre en France métropolitaine : + 7,4% sur un an en termes de nuitées contre +7,7% au dernier trimestre 2017, selon les données publiées par l'Insee.

La croissance des trois premiers mois de l'année a été tirée par la clientèle non-résidente (+13,0%) et toujours par l'Ile-de-France.
Au total, le nombre de nuitées dans les hébergements collectifs touristiques s'est établi à 65,5 millions sur la période, dont 29,7 millions pour des touristes étrangers.
C’est à la montagne, qui représente plus de 50% du total en hiver, que la fréquentation a le plus progressé (+ 7,9%) du fait des très bonnes conditions d’enneigement.
L'Insee souligne que la fréquentation dans les massifs de haute montagne revient ainsi au niveau d'il y a deux ans.

 

Conséquences sur le tourisme de la dénonciation de l’accord de 2015 avec l’Iran :

Mardi 8 mai, le président américain a décidé de dénoncer l’accord de Vienne, conclu en 2015.
Conséquences : les entreprises américaines et européennes ayant des activités en Iran sont priées d’y mettre fin, sous peine de sanctions économiques. Le délai donné par le département du Trésor est serré — entre 90 et 180 jours. Les sanctions entreront pleinement en vigueur le 4 novembre prochain.
 
L’Accord de Vienne en quelques mots : c'est une entente sur la réduction des capacités nucléaires de l’Iran, en échange de la levée de l’embargo économique.
Les États-Unis et l’Iran, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, la Russie, la Chine et l’Union européenne étaient signataires.
 
Quel impact sur les entreprises européennes de tourisme ?
British Airways et Lufthansa pourraient être contraintes de renoncer à leurs lignes directes
Air France ayant déjà fait savoir qu’elle fermerait son Paris-Téhéran en direct dès cet automne, "faute de rentabilité".
AccorHotels, qui a ouvert un hôtel en Iran dès 2015, devra aussi le fermer.
La chaîne espagnole Melia Hotels pourrait aussi renoncer à ses projets d’implantation en Iran.
Les tours opérateurs sont peu impactés, car ils font voyager leurs clients sur des compagnies aériennes qatari ou turques.

Cela reste une très mauvaise nouvelle pour le tourisme iranien, qui se développe rapidement depuis 2016.

 

Le Plaza à New-York racheté par un investisseur des Emirats arabes unis

Situé en plein Manhattan, face à Central Park, sur la cinquième avenue, dans un des quartiers les plus chers de New York, le célèbre Plaza Hôtel va être repris pour 500 millions d'euros. La vente doit être finalisée le 25 juin.
L’acheteur, Shahal Khan, de la société White City Ventures basée à Dubaï, est associé à l’investisseur new yorkais Kamran Hakim.

Le nouveau propriétaire veut créer une marque mondiale et ouvrir des établissements dans plusieurs pays. Notamment aux Emirats arabes unis d’ici 2020, il cherche aussi un emplacement en Chine ou en Europe.
Un temps propriété de Donald Trump, l’hôtel est actuellement géré par le groupe Accor. 

 

Six Senses : meilleur groupe hôtelier du monde !

Six Senses a été élu meilleur groupe hôtelier du monde par le Global Wellness Summit, qui récompense chaque année les entreprises pionnières dans le développement durable.
En 2017, l’entreprise avait été élue meilleur groupe hôtelier du monde par le magazine Travel + Leisure
 
Créé en 1991 par d'anciens cadres du groupe ­Mandarin Oriental, il a été longtemps incarné par son actionnaire principal, Sonu ­Shivdasani, héritier d'une dynastie indo-­anglaise, et sa femme, Eva, férus de new age et d'écoresponsabilité.
En 2012, le fonds d'investissement américain, Pegasus Capital Advisors, spécialisé dans le bien-être et le développement durable, le rachète. Aujourd’hui, le président du groupe est l’Allemand Bernhard Bohnenberger.

Avec 19 hôtels dans le monde et plusieurs spas le groupe propose des expériences pour se reconnecter à soi-même. Avec des valeurs immuables : le respect de la nature, le travail en autonomie et le développement de l’économie locale. Ces établissements sont très prisés des grandes fortunes, têtes couronnées et people. "C'est le nec plus ultra du tourisme, le luxe ultime", assure un voyagiste français.

Tous les hôtels sont construits de la même manière, avec des matériaux locaux qui s’insèrent dans le paysage. L’eau est recyclée. Tout ce qui est traité doit ressortir dans la mer ou la terre, sans pollution. On ne coupe jamais d’arbres. Les établissements ont leurs propres jardins organiques produisent leurs fromages, élèvent leurs vaches, fabriquent leur miel, cultivent leurs potagers et leurs herbes aromatiques. Ils emploient 50 % de la population locale dans leurs établissements. 0,5 % du chiffre d’affaires est redistribué pour des programmes locaux de développement.
 
Longtemps cantonné aux ­Maldives et à l'Asie du Sud-Est le groupe prévoit d’ouvrir un nouvel hôtel à Singapour, un autre sur les îles Fidji et en octobre des lodges au Bouthan, dans les rizières et au milieu des élevages de yacks.
Son premier hôtel urbain ouvrira à New York en 2019 : deux tours de 90 et 120 mètres dans le quartier de West Chelsea, à Manhattan, conçu par une autre star de l'architecture, le Danois Bjarke Ingels, qui a notamment dessiné le Two World Trade Center.

 

Ecrit le 11/05/2018