INFO.TPL

Interview de Laura Maitre d'hôtel :

HTJ : Bonjour, Laura Stoecklin, pouvez-vous nous décrire votre métier en quelques lignes ?laura maître d'hôtel

L.S : Maître d'hôtel depuis deux ans au sein de l'hôtel Koh-I-Nor 5*à Val Thorens, je dirige le restaurant gastronomique d'Eric Samson, le Diamant Noir. Le maitre d'hôtel est à la fois un manager pour son personnel, un employé en qui il faut avoir confiance pour son directeur et un outil pour le client. Il doit connaître tous les postes qui composent sa brigade et faire preuve de polyvalence à tout moment. Le maitre d'hôtel est un réel chef d’orchestre, le service est une pièce de théâtre millimétrée dans laquelle chaque personne a un rôle à jouer.
 Le discours que l'on tient devant un client et les conseils donnés doivent être adaptés selon ses envies et ses besoins. Il faut être à l'écoute et faire preuve de patience et compréhension tous les jours.

HTJ : Quel a été votre parcours ? Est-ce difficile de se faire une place de Maître d'hôtel ?

L.S : En 2012, après un baccalauréat général Économique et Social, j'intègre le lycée hôtelier Savoie Leman dans une année de mise à niveau avant de continuer avec un BTS restauration option Art culinaire de la table et du service. Après une première saison au sein du groupe JW Marriott, je pars 15 mois en Nouvelle Zélande où je travaille en tant que Chef de rang et puis formée au poste de Barista. A mon retour, je décide de me consacrer au milieu des restaurants étoilés.
 En 2017, ma première année au sein du Diamant Noir me permet d'accéder au poste de Maître d'hôtel dans lequel je continue en 2018 dans l'objectif d'obtenir une étoile.

HTJ : Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans votre métier ?

L.S : Le management. En tant que femme et novice au poste de maître d'hôtel, c'est tous les jours un challenge. Il faut faire preuve de justesse et droiture dans les décisions. Driver une équipe n'est pas chose facile, surtout dans les établissements saisonniers.
 

HTJ : Parmi vos différentes expériences, quelle est celle vous a le plus appris ?

L.S : Mon premier poste dans un restaurant étoilé, en tant que chef de rang au Chateau des Vigiers de Monestier en Dordogne. Le maître d'hôtel Daniel Dulors m'a tout appris ; tant en technique, en savoir-faire comme en connaissance produits. Cela m'a permis d'acquérir de l'expérience et de me surpasser toujours plus.
 

HTJ : Quelles sont vos plus grandes satisfactions ?

L.S : Mon évolution professionnelle rapide. L'adaptation en est la clef.
 

HTJ : Quelles sont les qualités essentielles dans l'exercice de votre métier ?

L.S : Être flexible, ne pas compter ses heures et encore une fois être polyvalent. Pour se faire respecter il faut être le premier "à mettre la main à la pâte" et montrer l'exemple. Les employés de la restauration font beaucoup d'heures mais il est important pour un manager de récompenser ses équipes et de se "sacrifier" pour ne pas les épuiser. Nous ne sommes rien sans les chefs de rangs et les commis c'est un réel travail d'équipe.
 

HTJ : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui débute dans la profession ?

L.S : De ne rien lâcher et de toujours se remettre en question pour évoluer. Il n'y a que ceux qui ne se remettent plus en question qui n'évoluent pas. C'est très important, si j'ai pu apprendre une chose à travers ce métier c'est que tout le monde a quelque chose à nous apprendre, du commis au directeur.
 


Ecrit le 29/3/2019