INFO.TPL

Un restaurant Extraordinaire

La naissance du projet : 

 L’histoire a débuté en 2014 alors que Flore Lelièvre était étudiante en architecture d’intérieur à l’école Pivaut de Nantes.
L’idée de son projet de diplôme était de concevoir un restaurant dont une partie des employés seraient porteurs de trisomie 21.
 
C’est suite à l’obtention de son diplôme, et grâce à l’engouement qu’il a suscité, qu’elle s’est lancée dans cet incroyable projet. Pour les personnes trisomiques, travailler en milieu ordinaire est une mission quasi impossible. Et pourtant leurs capacités de travail sont réelles, si tant est qu’elles soient stimulées et encouragées, dans un cadre agréable et adapté.

Mais le regard porté sur les personnes porteuses de trisomie 21 est trop souvent complaisant, incarnant malheureusement pour beaucoup une image gênante d’une différence non assumée dans notre société hyper normée. Flore Lelièvre connaît bien ces préjugés, son grand frère est trisomique et n’a pas la chance de travailler en milieu ordinaire.
 
Au début de l’aventure, elle a du faire face à quelques appréhensions. «On m’a alors regardée avec des grands yeux : “C’est super comme idée, mais tu crois vraiment que c’est possible ?” », se souvient la jeune femme.

Un restaurant de ce genre en France, il n’y en a pas. « Il y a bien sûr des trisomiques qui travaillent en Esat (Établissements et services d’aide par le travail, ndlr) mais cela reste un cadre bien particulier, le milieu protégé, où il n’y a que des personnes en situation de handicap et où le contact extérieur, avec les clients par exemple, est rare. »

 L’idée de Flore est autre. Ouvrir un restaurant qui soit un lieu de découverte, de partage, à la fois culinaire et humain. Au Reflet, la cuisine est fraîche et de saison. Les classiques de France et du Monde s’invitent dans les assiettes pour faire voyager les papilles.

 
Le Reflet, c’est un projet extraordinaire et une entreprise ordinaire.

Mais c’est aussi un restaurant avec un style et une cuisine propres. « Dès le début, je souhaitais que l’on propose une carte réduite, parce que c’était plus simple en termes de gestion avec nos employés, bien sûr, mais aussi parce que cela permet de cuisiner des produits frais, bruts, de saison et lorsque c’est possible locaux et bio. », souligne Flore Lelièvre, à l’origine du Reflet.
 
Le menu – un pour le midi, avec une mise en bouche, trois plats possibles et trois desserts, un autre pour le soir avec deux entrées, deux plats et trois desserts – change toutes les deux semaines. « On épluche beaucoup, sourit Ibrahima, chef de cuisine Paris. Ici, on privilégie le frais et le vrai ! » C’est un pari réussi pour Flore qui a pu permettre aux personnes trisomiques de s’épanouir professionnellement et socialement, dans un lieu conçu et pensé pour tous, y compris pour eux.
Chaque employé travaille aujourd’hui en CDI. « Être confronté aux clients leur a fait gagner en confiance, ils sont devenus plus assurés, ont gagné en autonomie » assure Flore.
 
Le Reflet Nantes vient de fêter ses 3ans, alors que Le Reflet Paris a ouvert ses portes depuis peu, avec comme parrain, Guillaume Gomez, le chef des cuisines de l’Elysée. Une belle histoire qui, on l’espère, ne fait que commencer !


 
Ecrit le 27/12/2019