INFO.TPL

Les actualités de décembre 18 :

Mouvement des Gilets jaunes : un gros coup dur pour le tourisme et le commerce

On note beaucoup d’inquiétude chez les commerçants et les professionnels du tourisme, après ces 3 semaines de blocage et des week-ends de manifestations violentes dans les principales villes de France.

Les dégradations commises sur les commerces, les heurts, les voitures brûlées, donnent une image déplorable de notre pays.

Les professionnels du tourisme avaient accompli un travail de fonds avec le Quai d'Orsay et Atout France pour redorer l'image de la France après les attentats de 2015. Le 1er trimestre de cette année a vu la fréquentation touristique atteindre un record pour Paris et l'Ile-de-France grâce aux clientèles étrangères, avec 17,1 millions d'arrivées hôtelières.
Or depuis fin novembre 35 000 nuitées ont été annulées dans Paris, pour tout le mois de décembre ce qui représente une baisse des réservations de 30 à 35 %.

Et cette perte d'image ne concerne pas que le tourisme et le commerce, les investisseurs étrangers vont-ils avoir envie de s’installer en France ?
 

Les Palmes du tourisme durable

Le tourisme durable, concept né dans les années 90, consiste à respecter l’environnement, les populations locales, les richesses naturelles et le patrimoine. Il vise à rendre le développement touristique supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales.

Il existe depuis l’année dernière « Les palmes du tourisme durable » visant à récompenser les initiatives les plus originales.

106 candidatures ont été reçues cette année et étudiées par 12 membres du comité de sélection. Lundi 29 octobre au Welcome City Lab, le premier comité de sélection des Palmes du Tourisme Durable s’est réuni.  21 candidats ont été retenus pour le caractère innovant, exemplaire et « duplicable » de leur initiative. Les lauréats de cette édition 2018 ont été désignés par un second jury qui s'est réuni le vendredi 23 novembre .

7 catégories , pour 21 finalistes : voyages, transport, hébergement, loisirs, destination et territoire, information, start up, afin de récompenser des initiatives en faveur de l’énergie renouvelable , de l’anti-gaspillage, de la protection de l’environnement, du voyage pour les personnes à mobilité réduite, de l’hébergement bioclimatique, de la valorisation des déchets, du reboisement  etc ..
ll y a aussi un « prix coup de cœur du public » 

Hier : Jeudi 6 décembre, à la cartonnerie, à Paris a eu lieu la remise des prix des palmes du tourisme durable :

- « Voyage - PME* » : Baština, pour la conduite du programme européen « Migrantour » en Ile-de-France 
-  « Voyage GE* » : Salaün Holidays, pour la réduction de son empreinte carbone par le reboisement des forêts bretonnes - 
-  « Transport PME* » : Les Croisières charentaises « Bernard Palissy III », pour ses croisières fluviales en bateau électro-solaire - 
-  « Transport GE* » : La Méridionale, pour son initiative de « Connexion Électrique des Navires à Quai » - 
-  « Hébergement PME* » : La Brise de Mer, pour son engagement en faveur de l’accessibilité et des vacances « comme les autres » 
-  « Hébergement GE* » : Barrière, pour son « challenge anti gaspi » et la sensibilisation de ses Chefs - 
-  « Loisir » : Citémômes et sa « Malle Vagabonde », un outil pédagogique et sensoriel à la découverte du paysage 
-  « Destination & Territoire » : Mountain Riders et le label « Flocon Vert », pour un engagement durable des destinations de montagne - 
-  « Information» : Handiplanet, pour son guide collaboratif et social à destination des personnes à mobilité réduite -  
-  « Startup » : LEBONPICNIC, pour ses pique-niques « locavores » et écoresponsables 
- Prix « Coup de coeur du public » : Double Sens, pour son initiative « Bon Sens Carbone » et le financement participatif des cuiseurs à bois économes 

* dans les catégories « Voyage », « Hébergement » et « Transports : deux prix sont décernés  : Grande Entreprise (GE) de plus de 10 millions d’euros de CA en 2017 et PME (moins de 10 millions).



Comment recruter et fidéliser les millennials dans l’entreprise 

Qui sont les millennials ? 
Les millennials ou génération Y ou digital natives sont jeunes (entre 25 et 35 ans) , centrés sur leur entourage proche plus qu’individualistes, connectés, toujours en tension, prêts à prendre des risques, à se lancer dans l’entreprenariat. Ils revendiquent l’autonomie et la responsabilisation, ils sont aussi éminemment adaptables et ouverts d’esprit.

Comment aiment-ils travailler ?
La plupart d’entre eux cherche moins un « plan de carrière » qu’un épanouissement professionnel immédiat.
Ils aiment partager, travailler en mode collaboratif, sans hiérarchie, dans la transparence. Pour eux, les décisions doivent être prises dans le consensus afin d’obtenir la cohésion du groupe en responsabilisant chaque membre qui s’engage alors personnellement dans leur mise en place.
Enfin ils ont la culture de l’instantané, de la polyvalence,  habitués à recevoir un flux permanent d’informations ils développent une rapidité d’analyse et d’action.

Ils aiment travailler en mode projet ce qui leur permet de partager savoir et expérience avec des personnes d’horizons différents, dans la transversalité et la pluridisciplinarité.

Ils n’envisagent pas de travailler toute leur vie dans une seule entreprise, voire même dans un secteur d’activité : selon une étude Monster de mars 2017, 26 % d’entre eux veulent exercer plusieurs métiers à la fois, 38% veulent se former régulièrement pour développer leurs expertises, 43 % souhaitent bénéficier de flexibilité dans leur mode de travail au sein de différentes équipes.

Alors comment les recruter ?
Les millennials trouvent le processus de recrutement trop long, impersonnel, sans transparence. Selon une étude de Talent Q pour Hay Groupe : 60 % des candidats ont eu une mauvaise expérience de recrutement et 65 % des candidats n’ont reçu aucune réponse suite à l’envoi de leur candidature.

Ils aimeraient qu’au cours de l’entretien on leur parle de l’entreprise, de son mode de fonctionnement, de ses valeurs, qu’on leur transmette la réalité et le vécu des collaborateurs,  bref ils voudraient plus d’authenticité.
Il faudrait pouvoir les étonner, en réalisant des entretiens hors du cadre de l’entreprise, selon des formats différents : les faire réfléchir sur un sujet personnel, faire des entretiens de groupe, leur faire rencontrer les membres de leur éventuelle future équipe.

Une fois recruté, l’intégration au sein de l’entreprise est essentielle, savoir prendre le temps de partager, d’apprendre à se connaitre, car la 1ère impression est primordiale, dans un monde où les candidats n’hésitent pas à partir en période d’essai, si ils ne se sentent pas bien dans l’entreprise.

 

Ecrit le 7/12/2018