INFO.TPL

Les actualités de novembre 18 : 

Chine, 1ère destination touristique mondiale en 2030 ?

 

Selon une étude d’Euromonitor International, entreprise spécialisée dans les recherches sur les voyages : 1,4 milliards de voyages seront effectués en 2018 dans le monde, soit une augmentation de 5% par rapport à l'année dernière. Cette expansion du tourisme est concentrée dans la région Asie-Pacifique (+ 10% cette année).


D'ici 2030, ce total de voyages annuels pourrait atteindre un milliard de plus.

L'essentiel de la croissance du tourisme vient de la région Asie-Pacifique. Une grande partie de ces voyages devraient être effectués vers la Chine, les touristes venant de pays voisins en raison notamment de l’élévation du niveau de vie de la classe moyenne en Asie. Cette année, on devrait enregistrer 4,7 milliards de voyages intérieurs en Chine, et ce chiffre devrait augmenter de 42,5% pour être porté à 6,7 milliards d'ici à 2023.
 
L'assouplissement des restrictions en matière de visas dans les pays asiatiques ainsi que les grands événements sportifs tels que les Jeux olympiques d'hiver de 2022 en Chine et d’été en 2020 au Japon, attireront également les touristes.
 
Le tourisme représentant un secteur de plus en plus vital pour l’économie chinoise, elle s’est donné les moyens et a investi notamment pour améliorer l'infrastructure et les normes.
Selon l'Organisation mondiale du tourisme, la Chine occupe actuellement la quatrième place sur la liste des pays les plus visités au monde, après la France, les États-Unis et l'Espagne et pourrait devenir N°1 en 2030 !
 
Dans les 10 ans à venir d’autres pays asiatiques : la Thaïlande, Hong Kong, Macao, le Japon et la Malaisie devraient connaître, comme la Chine, la plus forte hausse du nombre de visiteurs étrangers.
L'Egypte, la Tunisie et la Turquie, devraient retrouver leur popularité d'antan. Cette année, les réservations en Egypte sont déjà en hausse de 134 % par rapport à l'année dernière. 
La baisse de l’attrait pour la France, et de manière plus générale pour les pays européens, serait dû en partie aux attaques terroristes relativement récentes sur des sites touristiques populaires.
Enfin, Euromonitor prédit que les voyages en Amérique pourraient être affectés par la montée en puissance des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

 

L’investissement dans le secteur du tourisme se porte bien :

En 2017, les investissements ont été de13,9 milliards d’euros (+ 3,2% vs 2016). Pour 2018, Atout France parle de plus de 14,2 milliards d’euros injectés dans le secteur.
- 20 % de ces investissements concernent l’hôtellerie soit près de 3 milliards d’euros l’année dernière, essentiellement dans le haut de gamme pour les rénovations et les lancements de palaces ou d’établissements de luxe.
 - + 11% d’investissements pour le camping avec la montée en gamme et le renouvellement des mobil-homes.
Puis les parcs de loisirs et le thermalisme.
 
En 2017, les dépenses dans les infrastructures ont crû de 7,4%.
Les régions investissent dans leur développement touristique et certaines jouent un rôle majeur. Les agglomérations de Bordeaux et de Strasbourg ont investi 50 millions d’euros par an, en moyenne, entre 2015 et 2017. La côte atlantique, la Manche et les destinations alpines sont aussi très dynamiques En revanche, le pourtour méditerranéen et les Pyrénées sont à la traîne.
 
La fréquentation touristique sur les huit premiers mois de 2018 en France confirme le dynamisme du secteur. La clientèle européenne est restée la plus importante, Britanniques en tête, suivi des Espagnols et des Italiens, devant les Américains et les Asiatiques.
Les prévisions pour 2018 sont très bonnes :  90 millions de visiteurs et 57 milliards d'euros de recettes annuelles devraient être atteints cette année.
Les objectifs fixés par le Quai d'Orsay, à l'horizon 2020 sont donc confirmés :  accueillir 100 millions de visiteurs étrangers, engranger 60 milliards de recettes annuelles, tout en réalisant 15 milliards d'investissement.
 
Certains sites sont en phase de saturation. Faudra-t-il un jour réguler les flux d’arrivées de visiteurs étrangers en France ?

 

L’Essor du Tourisme mémoriel en France :

 Avec le centenaire de la Première Guerre mondiale, le tourisme mémoriel a pris de l’ampleur. Un engouement que constate Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.
 
C’est en 1917 que parut en France le premier Guide Michelin des champs de bataille, qui concernait le front occidental, libéré, et avait pour titre : Champs de bataille de la Marne. L’Ourcq, Meaux, Senlis, Chantilly. Dédié à la mémoire des ouvriers de la firme Michelin tombés pour la patrie.
L’engouement des Français est devenu très fort dans les années 1980, quand les derniers poilus ont massivement disparu.
 
Les commémorations attirent aussi beaucoup d’étrangers…
 
Chaque année, les sites mémoriels de l’Hexagone attirent environ 20 millions de visiteurs venus pour près de la moitié de pays étrangers, selon la Direction générale des entreprises (DGE).
C’est l’effet « Centenaire 14-18 » qui a dopé la fréquentation des sites de mémoire ces dernières années. Celle-ci - portée également par le 70ème anniversaire du débarquement de Normandie - a grimpé de plus de 25% depuis 2014.
 
Pour les régions concernées, c’est une manne fondamentale. L’offre touristique locale s’est diversifiée ces dernières années – avec la création ou la rénovation d’une vingtaine de musées.
 
Champs de bataille, musées, fortifications, monuments, nécropoles… « Le centenaire a été l’occasion de valoriser la diversité de l’offre de tourisme mémoriel française avec plus de 800 lieux de mémoire pour la Première Guerre mondiale sur le Front Ouest », confirme-t-on chez Atout France, l'Agence de développement touristique de la France. Il faut dire que les acteurs concernés par l’événement n’ont pas lésiné sur les moyens : près de 150 millions d’euros ont été investis par les signataires du contrat de destination « Centenaire de la Grande Guerre » qui court sur la période 2013-2018 pour permettre 33 ouvertures ou réouvertures de sites.
 
Résultat, au gré des différentes dates anniversaires, « les destinations du Front de l’Ouest ont bénéficié tour à tour d’un fort éclairage médiatique ainsi que de taux de fréquentation records ».

 
 

Ecrit le 12/11/2018