Spécialiste de l'emploi dans
l'hôtellerie, la restauration et les loisirs

 


 

 

 

RECRUTER RESTAURATION23/09/2014 - 

Recruter dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration de luxe n’est pas chose facile !

Si les nouveaux établissements comme le Peninsula séduisent les candidats attirés par la nouveauté, et la réputation du Palace, dans les établissements « haut de gamme », comme ailleurs, on peine à trouver du personnel : les salaires proposés ne sont pas vraiment en progression, les conditions de travail sont difficiles et la pression managériale importante. Les meilleurs candidats préfèrent souvent partir à l’étranger, plutôt que de rester sur le marché français.

Paris continue pourtant d’attirer de bons profils, tandis qu’en province les employeurs se voient obligés de proposer un poste au conjoint, voire un logement de « transition », ce qui coûte cher à des petites entreprises qui n’en ont pas toujours les moyens.

Quand un Palace s’installe à Paris, les DRH optent  souvent pour des « journées de recrutement » qui attirent des dizaines, voire des centaines de candidats. « L’exercice mobilise toute l’équipe de direction de l’hôtel et les candidats ont 10 / 15 minutes pour se présenter », explique Valérie Ressy, DRH du Mandarin Oriental sur l'hôtellerie-Restauration. « La culture et le sens du service sont des piliers de la marque Mandarin Oriental ». Parmi ses règles de conduite, il y en a une qui a particulièrement marqué cette DRH : chaque manager doit accueillir un collaborateur comme un client.

Travailler dans un palace ou dans restaurant étoilé à des postes de direction demande des qualités techniques mais aussi une capacité à manager une équipe, à savoir gérer les coûts ainsi qu’une expérience dans des établissements prestigieux. Les bons candidats ont souvent 30 à 50 propositions, comme l’indique Alexandre de Roany : directeur de Macarons Conseil et Recrutement. Il faut donc savoir les « séduire », « vendre son établissement », pour les recruter puis  trouver des solutions pour les garder et fédérer les équipes.

Au Peninsula on met l’accent sur la qualité de vie au travail et tous les candidats rencontrent leurs futurs managers potentiels ainsi que la Direction Générale de l’hôtel. . Au Mandarin Oriental la direction a offert 6 semaines d’intégration à ses nouveaux collaborateurs. Ce temps passé ensemble a permis la réussite de l’ouverture de l’établissement.

Et si  capter des candidats et les garder,  passait par un « management bienveillant », par un climat de confiance mis en place par la direction,  qui communique, transmet sa vision, fait participer ses collaborateurs ? … c’est ce que suggère Alexandre de Roany, qui indique que 9 fois sur 10 on quitte son employeur pour mésentente.