INFO.TPL

Covid19, quelles conséquences pour le tourisme ?

Un été très particulier pour le tourisme en France …

L'été 2020 apporte son lot de surprises :  53% des Français sont partis en juillet et août contre 71% en 2019, et 70 % d’entre eux ont séjourné en France , ce qui compense l’absence des étrangers !
Des petits acteurs dans les territoires ruraux, balnéaires ou de montagne ont réussi à sauver leur saison et les emplois, en effet 30% des français ont privilégié  la campagne ou  la montagne et 37 % ont passé leurs vacances sur le littoral.
Les destinations rurales « préservées » comme les plages landaises, le littoral aquitain, le Jura, les Vosges, l'Ardèche... ont été privilégies par les français.
 
Quant à nos voisins européens, ils sont finalement venus plus que prévu, mais en restant près de leur frontière , c’est le cas des belges, des allemands, des néerlandais.
 
la Côte d'Azur ou la Côte basque ont eu une fréquentation plus forte aux mois de juillet et d’août . Toutefois l’arrière-saison reste très incertaine, avec la recrudescence du virus, les personnes âgées qui partaient volontiers en septembre octobre, préfèrent rester chez eux cette année . Quant aux étrangers , ils annulent leur venue cet automne.
 
Dans les « Hauts de France » La chute de la clientèle étrangère estimée à -20 % au mois d'août, est compensée par les Français (+22 %).
A Bordeaux : l'été a été moins mauvais que redouté avec des taux d’occupations dans les hôtels autour de 65%, contre 80% d'habitude
 
En revanche, l’ile de France, a vu une diminution drastique de sa fréquentation, les professionnels redoutent de nombreuses faillites dans le secteur du tourisme. Ils estiment les pertes de leur chiffre d’affaires à plus de 60 % sur juillet et août. Par conséquent, la région s’attend à une fréquentation inférieure à 20 millions de voyageurs en 2020 versus plus de 50 millions en 2019.
Paris accuse -80% de nuitées, la moitié des hôtels étaient fermés depuis le CIVID. Un certain  nombre d’hôtels haut de gamme viennent de rouvrir ces derniers jours.
 
Au total, 50 à 60 milliards d'euros de pertes attendues pour le secteur du tourisme en France cette année.
  

Une reprise du tourisme mondial ?

 Il semble que les compagnies aériennes reprennent petit à petit leurs vols commerciaux.
Toutefois, la diminution des flux touristiques en Europe, attendue pour 2020, est estimée à 39% par rapport à 2019, selon un rapport de Natixis,

En France, l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) estime que « les arrivées touristiques internationales pourraient se contracter de 20 à 30 % sur 2020 ». Chez nos voisins européens, c’est pareil. En Italie, Venise a enregistré un nombre de réservations en chute de 43,4%, selon l’Agence Nationale du Tourisme Italien (ENIT)

Malgré l’ouverture progressive des frontières, le reste du monde n’est plus autant accessible qu’avant pour les français : l’Europe reste la destination la plus ouverte,  bien que certains pays soient partiellement ouverts : la France, l’Allemagne, la Norvège, la Finlande, la Slovaquie et l’Irlande .
Seule la Hongrie est fermée. Les autres pays européens sont ouverts.
La Russie , l’Inde, l’Arabie Saoudite sont fermés.
Tous les pays d’Afrique sont fermés ou partiellement fermés (sauf Tanzanie, Bénin et Nigéria qui sont ouverts)
En Amérique : le Canada est fermé, l’Amérique du Sud est fermée ou partiellement fermée, les USA sont partiellement fermés. Le Mexique est ouvert.
L’Australie et le Japon sont fermés.
 
Seules 41 destinations sont ouvertes aux français .
 
De nombreux pays exigent que les visiteurs présentent un test COVID-19 avant leur arrivée.
 
Il est donc à craindre que le tourisme subisse de plein fouet la deuxième vague ,
 
les annulations pour les mois à venir sont plus nombreuses que les réservations, espérons que l’arrivée d’un vaccin renverse cette tendance !
 
 

Ecrit le 14/09/2020